Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 juin 2013 6 29 /06 /juin /2013 12:31

 

Créée par Derek Haas, Michael Brandt (2012)

Avec Jesse Spencer, Taylor Kinney,Charlie Barnett

Statut : En production

 

Synopsis : Aucun travail n'est plus stressant, dangereux ou grisant que celui des pompiers, des secouristes et des auxiliaires médicaux de Chicago. Ces hommes et femmes d'élite de la caserne 51 bravent le danger quand d'autres prennent la fuite. Avec la pression, les responsabilités et les égos surdimensionnés viennent les désaccords et les tensions au sein des membres de l'équipe. Et quand la tragédie frappe l'un d'eux, la culpabilité et les reproches fusent. Pourtant, le moment venu de passer à l'action, les dissensions sont laissées de côté pour céder la place à la solidarité. Bienvenue au cœur du quotidien des plus nobles des professions !

 

Allociné Note Spectateurs : 4,1/5 (106 notes)

 

 

Ma critique :

 

« Chicago Fire » apparaît comme un projet bien sympathique. On change de catégorie du corps médical et on suit les aventures des pompiers, secouristes et auxiliaires médicaux de la ville de Chicago.L'idée est plutôt attrayante et cela change des médecins et infirmiers au sein d'un hôpital.

Cet attrait se confirme au fil des épisodes et les différentes épreuves que vivent ces pompiers, tant au niveau personnel que personnel, sont intéressantes.

Par contre, on tombe dans des clichés dans quasiment chaque épisode : un chef dur au cœur tendre, un candidat surmotivé mais bizuté, un lieutenant (Severide) digne d'un mannequin ou encore une lesbienne qui veut adopter...

Les acteurs quant à eux sont bons dans l'ensemble mais je pense que l'on peut remercier les deux rôles féminins : Monica Raymund (Gabriella Dawson) déjà aperçue dans « Lie to Me » et Lauren German (Leslie Shay) qui représentent, selon moi, les meilleures performances d'acteur de la série. Jesse Spencer (Dr House) tient le rôle principal de la série et son jeu d'acteur ainsi que l'histoire de son personnage gagne en profondeur au fil de la saison. J'ai beaucoup de mal avec le personnage d'Herrmann certes gentil mais très très lourd avec sa famille idéale...

Les intrigues sont intéressantes : mort d'un collègue ; trafic de drogue, blessure, conflit policiers/pompiers, triangle amoureux...
La saison se termine par la mort plutôt surprenante d'un personnage et le rapprochement tant attendu de deux autres.

 

« Chicago Fire » est une série classique mais sympathique qui se suit avec plaisir.

Repost 0
Published by Nana - dans Série
commenter cet article
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 19:23

 

Créée par Lena Dunham (2012)

Avec Lena Dunham, Jemina Kirke, Allison Williams

Statut : en production

Synopsis : L'entrée dans la vie active de quatre jeunes filles d'une vingtaine d'années, de leurs humiliations à leurs rares triomphes. Hannah, l'éternelle stagiaire, rêve de devenir écrivain ; Marnie, sexy et un peu garce sur les bords, ne manque pas d'ambition; et Jessa, hippie dans l'âme, aimerait gagner sa vie de son art...

 

Allociné Note Presse : 4,6/5 ; Allociné Note Spectateurs : 3,6/5 (406 notes)

 

 

Ma critique :

 

Après quelques déceptions récentes en matière de séries : "Vikings" ou encore "American Horror Story 2", je me suis réconfortée en visionnant la saison 2 de "Girls".

La première saison avait marqué par sa fraicheur, sa subtilité et aussi par l'incroyable talent de Lena Dunham aussi bien en tant que réalisatrice qu'en tant qu'actrice.

Tout le bien que je pensais de "Girls" se confirme au sein de cette deuxième saison. On retrouve les quatre personnages féminins dans leurs péripéties aussi bien amoureuses que professionnelles et le moins que l'on puisse c'est qu'elles galèrent toujours autant. 

Arrêtez de suite votre lecture si vous ne souhaitez pas connaitre les intrigues principales de cette saison.

Après sa rupture, Hannah essaye de percer dans le monde littéraire et va multiplier les "rencontres" amoureuses. Elle sera confronté à un problème de santé en fin de saison et son personnage est toujours, voir même davantage, touchant. L'épisode où elle vit pendant une journée avec un parfait inconnu m'a particulièrement touchée. Le final concernant son personnage est réussi et émouvant.

Jessa est le personnage qui me captive le moins. Elle s'est donc mariée mais suite à une dispute va se retrouver à nouveau célibataire. Elle va tenter de renouer des liens avec son père. Elle entretient une très belle relation avec Hannah mais c'est le personnage, à l'heure actuelle, le moins intéressant et le moins creusé.

La sublime Marnie cherche toujours sa voie à tout point de vue. Je reconnais le côté agaçant de son personnage mais je l'affectionne tout particulièrement. Elle s'isolera au fil des épisodes mais elle aura le droit également à son petit happy-end en fin de saison.

Pour finir, Shoshanna découvre la vie amoureuse et intime et va faire des mauvais choix. Je regrette que son personnage décalé  ne soit pas davantage mis en valeur.

 

"Girls" est une série moderne et réfléchie et montre que Lena Dunham a décidément tout d'une grande réalisatrice et actrice.

 

Repost 0
Published by Nana - dans Série
commenter cet article
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 19:58

 

Cette série aborde l'histoire de Ragnar Lodbrok, un jeune guerrier viking dont l'ambition est d'explorer l'Ouest par la mer.

"Vikings", créée par Michael Hirst a l'originalité d'évoquer un peuple peu traité de nos jours : les vikings. Je reconnais le charisme de l'acteur principal, Travis Fimmel, mais je n'ai pas accroché à la série dont j'ai cessé le visionnage au bout de trois épisodes. Je n'ai pas été captivée et j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de longueurs...

Cette série, pour de nombreuses critiques, se classe pourtant parmi les plus prometteuses de cette année...

 

 

 

J'avais vivement aimé la première saison d'"American Horror Story". L'originalité et l'impertinence de la série étaient très séduisantes. La saison 2 représente pour moi tout l'inverse.

On se perd dans le macabre et le gore sans réel fil rouge. Certes Jessica Lange est toujours aussi convaincante et quelques personnages comme la journaliste pouvait tirer leur épingle du jeu mais cela reste beaucoup trop brouillon...

 

 

 

C'est cette fois-ci avec beaucoup de regrets que j'ai arrêté le visionnage de la série "In Treatment". Cette dernière montre les séances d'un psychiatre avec ses différents patients.

L'acteur, Gabriel Byrne, y est excellent et l'idée est vraiment très bonne mais l'ennui me gagnait. J'ai regardé une vingtaine d'épisodes (sur les soixante-dix) mais j'ai décidé d'arrêter là. Un peu plus de rythme aurait été appréciable.

 

Repost 0
Published by Nana - dans Série
commenter cet article
25 mai 2013 6 25 /05 /mai /2013 09:55

 

Créée par Mike Kelley (2011)

Avec Emily VanCamp, Madeleine Stowe …

 

Synopsis : Une jeune femme retourne vivre dans les Hamptons où elle a passé une partie de son enfance. Sous le pseudonyme d'Emily Thorne, elle a la ferme intention de détruire ceux qui ont brisé son innocence et gâché la vie de son père. Elle est prête à tout pour le venger...

 

Allociné Note Spectateurs : 4,3/5 (1630 notes)

 

 

Ma critique :

 

Voyons si « Revenge » est une série qui vaut ou non le détour selon plusieurs critères :

  • L'histoire : Une jeune fille veut venger la mort de son père en détruisant la vie de la famille « Grayson » et leur entourage, responsables de l'inculpation et de la mort de son père... L'histoire est plutôt originale et nous permet de mélanger l'univers glamour des Hamptons et le plan machiavélique du personnage principal… ;

  • Le personnage principal : Emily VanCamp incarne ici le personnage central de la série : Emily Thorne (Amanda Clarke). On connaît cette actrice pour son rôle (très gentillet) de Rebecca Harper dans la série « Brothers and Sisters ». J'ai eu assez de difficultés à m'attacher à ce personnage. En effet, au début de « Revenge », elle paraît très moralisatrice, froide. Certes elle est calculatrice et manipulatrice pour le besoin de la série, mais elle en est assez agaçante. Son personnage deviendra heureusement beaucoup plus touchant et attachant en milieu de saison. La relation qu'elle va développer avec Nolan sera une des principales causes de l'évolution du personnage... L'actrice est quant à elle convaincante et ce rôle la met davantage en valeur que celui de « Brothers and Sisters »… ;

  • Le reste du casting est également convaincant. Le personnage de Victoria Grayson est machiavélique à souhaits. On retrouve Connor Paolo (Eric, le frère de Serena dans « Gossip Girl ») et j'avoue un petit coup de cœur pour le personnage de Nolan interprété Gabriel Mann... ;

  • On se laisse prendre dans le scénario de la série. Les rebondissements sont nombreux, on ne s'ennuie pas, mais par contre cela manque par moment de crédibilité. Le plus surprenant reste l'habilité du personnage d'Amanda Clarke. Cette dernière a subi un entraînement au combat et est dotée d'une certaine intelligence, mais la réussite de ces plans me paraît tout de même , par moment, assez déraisonnable... ;

  • Pour finir, le final de la première saison se révèle intriguant puisque l'on apprend de nouvelles révélations sur la famille d'Amanda Clarke et ses relations amoureuses prennent un nouveau tournant. La saison 2 se révèle donc plutôt prometteuse...

« Revenge » est une série agréable et bien pensée qui offre un joli rôle à l'actrice Emily VanCamp.

Repost 0
Published by Nana - dans Série
commenter cet article
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 13:17

 

Créée par Kevin Williamson (2013)

Avec Kevin Bacon, James Purefoy, Natalie Zea …

 

Synopsis : Joe Carroll, un serial killer diabolique, utilise la technologie pour créer une secte de tueurs en séries, tous reliés les uns aux autres alors qu'ils sont dispersés aux quatre coins des Etats-Unis. L'ancien agent du FBI Ryan Hardy, qui l'a traqué et capturé par le passé, qui a même écrit un livre sur lui et qui connait la moindre de ses ruses, se voit contraint de reprendre du service...

 

Allociné Note Presse : 3,4/5 ; Allociné Note Spectateurs : 4,1/5 (623 notes)

 

Ma critique :

 

La presse et les médias ont beaucoup parlé de cette série en l'annonçant comme très prometteuse.
« The Following » réunit, dans un premier temps, un duo d'acteur très alléchant. On y retrouve Kevin Bacon, qui quitte le cinéma pour rejoindre l'univers des séries.et James Purefoy, l'excellent Marc-Antoine de la série « Rome ». De plus, l'histoire s'annonce captivante : la poursuite d'un serial killer rusé et particulièrement diabolique.

Au final, je dirai que le pari est à moitié réussi.

Le duo d'acteurs et leur duel fonctionnent parfaitement bien. Kevin Bacon et James Purefoy excellent dans leur rôle et leur opposition se suit avec intérêt jusqu'à la fin de la saison.

L'histoire est également intéressante. Le fait que Joe Carroll crée une secte pour servir son idéologie est une idée innovante et bien utilisée tout au long des épisodes.

La série se montre parfois assez violente mais sans entrer dans le choquant.

Malheureusement, je trouve le scénario parfois bancal. Le milieu de la saison est assez mou et par moment on se demande tout de même où les scénaristes souhaitent nous emmener. Un aspect « brouillon » se dégage par la répétition de certaines idées : le personnage de Mike sert toujours de victime et le FBI a la plupart du temps beaucoup de mal à suivre Joe Carroll...

Certains personnages sont intéressants tels que celui d'Emma, mais d'autres me sont apparus totalement antipathiques : Claire a un réel côté agaçant...

Il est à noter un final de très bonne qualité et une fin surprenante.

 

« The Following » est une bonne série : inventive et c'est avec un grand plaisir que l'on redécouvre Kevin Bacon en excellente forme. Toutefois, j'espère une saison 2 plus creusée du côté du scénario...

Repost 0
Published by Nana - dans Série
commenter cet article
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 13:19

  

 

Créée par Dan Harmon (2009)

Avec Chevy Chase, Dannu Pudi, Gillian Jacobs …

 

Synopsis : Jeff est avocat. Mais Jeff doit surtout retourner à l'université car son certificat a été invalidé. Entre les femmes au foyer fraîchement divorcées et ceux qui reprennent les études pour garder leur esprit actif, Jeff intègre une bande de joyeux drilles qui découvre les joies de la vie sur le campus. Ils en apprennent plus sur eux-mêmes que sur les cours qu'ils suivent...

 

Allociné Note Spectateurs : 4,1/5 (1313 notes)

 

 

Ma critique :

 

Peu connue en France, la série « Community » mérite largement que l'on s'y attarde. Elle relate les aventures d'un groupe d'étudiants à la faculté de Greendale.

Jeff, un trentenaire actif, doit retourner à la fac afin de valider son certificat l'autorisant à exercer la profession d'avocat. Il va y rencontrer des personnages plus déroutants les uns des autres.

La force de la série est son humour. Chaque épisode est intelligemment pensé et les américains sont décidément très doués pour écrire des séries comiques.

La série est fortement tournée vers le genre « geek » et les nombreuses références sont plus qu'appréciables.

Les personnages sont tous très bien pensés et très bien interprétés. Abed, geek par excellence et Annie, sainte-nitouche pas si prude que cela, sont ceux qui sortent du lot. Le doyen complètement barré, Brita qui refait le monde ou encore Pierce, le senior méchant sont également intéressants. Je suis heureuse de voir le personnage de Chang se développer même si cela tourne un peu en rond.

Certains épisodes de cette deuxième saison sont mémorables. L'épisode de Noël avec les personnages en pâte à modeler est parfait de bout à bout et le double épisode final sur une partie de paintball géante est également très bien réalisé. Il est également à noter la présence du très agréable Josh Holloway alias Sawyer dans « Lost » dans ce final.

Malgré toutes les nombres qualités de « Community », un aspect brouillon se dégage tout de même de la série. La saison 1 était mieux scénarisée et je regrette que les relations entre les personnages se répètent et ne sont pas assez creusées. La série doit veiller à ne pas se réduire à une succession d'épisodes certes drôles mais sans aucun lien entre eux.


Community est une série drôle et intelligente qu'il ne faut absolument pas rater.

Repost 0
Published by Nana - dans Série
commenter cet article
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 18:55

http://images.critictoo.com/wp-content/uploads/2011/08/Critictoo-Series-CBS-Person-of-Interest-1.jpg

 

Créée par Jonathan Nolan (2011)

 

Statut : En production

Avec Jim Caviezl, Michael Emerson, Tajiri P. Henson …

 

Synopsis : Un agent paramilitaire de la CIA, présumé mort, est recruté par un millionnaire reclu pour travailler sur un projet top-secret : prévenir le crime avant qu'il ne se produise ! Un ingénieux programme élaboré par Finch identifie chaque jour des personnes qui vont être impliquées dans un crime. Victime ou coupable ? Reese va devoir mener l'enquête pour découvrir qui est en danger et empêcher qu'un nouveau meurtre soit commis...

 

Allociné Note Presse : 3.5/5 ; Allociné Note Spectateurs : 4.2/5 (1302 notes)

 

Ma critique : http://pownaruto.p.o.pic.centerblog.net/93ueotfl.pnghttp://pownaruto.p.o.pic.centerblog.net/93ueotfl.pnghttp://pownaruto.p.o.pic.centerblog.net/93ueotfl.png

 

« Person of Interest » est une série dont le synopsis s’annonce original et attrayant : deux hommes vont travailler conjointement afin de sauver des personnes, sélectionnées par une machine. L’individu est alors soit une victime, soit un coupable. Cette machine, à la base, est inventée afin de prévenir du terrorisme.

Les deux protagonistes de « Person of Interest » sont convaincants. On retrouve le talentueux Michael Emerson (Benjamin Linus de « Lost ») dans le personnage de Finch, un homme solitaire et intelligent. L’acteur principal est incarné par Jim Caviezl ("La passion du Christ"), acteur assez méconnu en France. J’avoue qu’au début de la série, je trouvais son jeu d’acteur très limité : toujours la même expression et souvent dans le surjeu. Heureusement, au fil des épisodes j'ai finalement totalement craqué pour cet acteur et je reconnais qu’il apporte une touche toute considérable à la réussite de la série. Un des atouts principaux de la série est ce duo d’acteurs qui fonctionne parfaitement. Leur relation toute en pudeur et en subtilité est très belle et leur alchimie se ressent à l’écran. Les autres personnages, les lieutenants Carter et Fusco, sont également des personnages intéressants et bien écrits. 

Le problème de la série pourrait être le scénario à répétition. Chaque épisode a le piège de correspondre en effet à un même schéma : un numéro, une petite enquête, la victime est sauvée, fin de l’épisode. Heureusement, les scénaristes sont plus malins et nous réservent de beaux petits rebondissements : les lieutenants de mèche avec Reese et Finch, la relation graduée entre les personnages, la police corrompue, le danger de la machine…

La série est également marquante par son rythme. On enchaine les épisodes avec envie et sans lassitude.

Je regrette seulement l'origine des failles de nos deux personnages principaux, liées en grande partie à une histoire de cœur. Cela est joliment retranscrit mais quelque peu banal.

L’épisode final est très bon et on a hâte de voir comment Finch va se sortir de ce mauvais tour…

 

« Person of Interest » est une bonne série : bons acteurs, scénario original et très bien rythmé.

Repost 0
Published by Nana - dans Série
commenter cet article
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 18:52

http://www.pariscine.com/sites/default/files/posters/the_big_c_s2.jpg

 

Série en production

Saison 2 disponible en DVD (Sony Pictures Home Entertainment) depuis mars 2013

 

Créée par Darlene Hunt en 2009

Avec Laura Linney, Oliver Platt, John Benjamin Hickey …

 

Synopsis : Cathy Jamison, une mère de famille tout ce qu'il y a de plus normale, professeur dans un lycée, apprend qu'elle est atteinte d'un cancer en phase terminale. Il ne lui reste plus qu'un an à vivre et elle compte bien en profiter pour devenir celle qu'a toujours voulu être, ou celle qu'elle a été mais qu'elle a perdu sur son trajet...

 

Allociné Note Spectateurs : 3.8/5 (400 notes)

 

http://www.panavision.com/sites/default/files/Spotlight%20Laura%20Linney_2.jpg

 

Ma critique : http://pownaruto.p.o.pic.centerblog.net/93ueotfl.pnghttp://pownaruto.p.o.pic.centerblog.net/93ueotfl.pnghttp://pownaruto.p.o.pic.centerblog.net/93ueotfl.pnghttp://pownaruto.p.o.pic.centerblog.net/93ueotfl.pnghttp://pownaruto.p.o.pic.centerblog.net/93ueotfl.png

 

Par l’intermédiaire de Sony, j’avais eu le plaisir de découvrir la saison 1 de « The Big C » et cela avait été un véritable coup de cœur. J’attendais donc impatiemment la saison 2 et je ne peux que réitérer  ma satisfaction envers cette série. Cet article va reprendre les grands axes de la deuxième saison, ne le lisez donc qu’après visionnage de la série.

Pour rappel, « The Big C » met en scène le personnage de Cathy Jamison, interprétée par la sublime Laura Linney, dont la vie va être chamboulée par l’annonce d’un cancer en phase terminale.

La saison 1 nous présentait les personnages et nous montrait une Cathy choisissant de garder la nouvelle de son cancer pour elle afin de le contenir et de le gérer à sa manière.  La saison se terminait sur l’annonce de la maladie à sa famille et sur un épisode bouleversant où Adam découvrait par mégarde la surprise de sa mère : elle lui prépare en effet un cadeau pour chaque futur anniversaire…

La saison 2 va, quant à elle, se concentrer sur le « combat » que vont mener Cathy et sa famille contre le cancer et contre l’ensemble des bouleversements que celui-ci va entrainer.

On y retrouve l’ensemble des personnages : Adam va gérer d’une manière peu habituelle la maladie de sa mère, Paul va devoir trouver un nouveau travail et cela va lui jouer des tours et Andrea va quant à elle rencontrer l’amour… On y découvre également de nouveaux rôles : le nouveau médecin de Cathy : le Docteur Sherman, qui va la faire entrer dans un nouvel essai clinique, mais aussi Lee, « l’ami de cancer » de Cathy. Tout comme le personnage de Marlène lors de la première saison, Lee est un très beau personnage et c’est là, la plus grande réussite de The Big C : chaque personnage est réfléchi et touchant. La relation que Cathy va entretenir avec Lee est d’une très belle subtilité. Cathy va également se rapprocher de son frère, Sean, qui face à sa future paternité va reprendre son traitement.

"The Big C" consolide son statut de « coup de cœur ». La saison 2 est toujours aussi fraiche, intelligente, drôle et sublime chaque petit instant de la vie. Laura Linney est toujours aussi remarquable et cela est également vrai pour l’ensemble du casting.

J’ai rarement vu une série aussi bien écrite, aussi touchante et aussi porteuse d’espoirs. Il est également à noter la qualité du dernier épisode tout aussi magistral que le final de la première saison.

 

La saison 2 de « The Big C » confirme  la réussite de la série avec une Laura Linney au sommet.

Repost 0
Published by Nana - dans Série
commenter cet article
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 07:43

http://www.series-ddl.com/wp-content/uploads/2013/01/actu5738vignette.jpg

 

Créée par Jacques Ouaniche (2010)

Avec Anne Charrier, Valérie Karsenti, Jemima West …

 

Synopsis : Paris, 1871. Dans un bordel de luxe, trois femmes tentent d'échapper à la servitude imposée par les hommes. La très jeune Rose débarque à Paris à la recherche de sa mère, ancienne prostituée. Elle est piégée par un rabatteur et enrôlée de force au Paradis. Véra a trente-cinq ans. Elle sait que la fin de sa carrière de prostituée est proche. Elle mise tout sur le Baron Du Plessis, son principal client et le seul en mesure de racheter sa dette. Hortense est la patronne du Paradis. Elle doit tenir ses filles et résister aux pressions d'un voyou des faubourgs qui lui réclame de l'argent.

 

Allociné Note Spectateurs : 3.1/5 (671 notes)

 

http://a136.idata.over-blog.com/644x429/0/00/74/35/00011g/b/MAISONCLOSE2_preview.jpg

Ma critique : http://pownaruto.p.o.pic.centerblog.net/93ueotfl.pnghttp://pownaruto.p.o.pic.centerblog.net/93ueotfl.pnghttp://pownaruto.p.o.pic.centerblog.net/93ueotfl.pnghttp://pownaruto.p.o.pic.centerblog.net/93ueotfl.pnghttp://pownaruto.p.o.pic.centerblog.net/93ueotfl.png

 

Maison close fait partie des grandes séries de Canal + comme « Borgia » et « Engrenages » qui n’ont pas à rougir des séries américaines.

Après une saison 1 qui assumait son côté provoc  (série « olé olé ») dans un bordel où des intrigues  plus adultes et complexes se construisaient avec talent. À la fin de cette première saison, les quatre héroïnes s’étaient débarrassées de l’ennemi intérieur, le tenancier et devenaient alors maitres de leur destin. Enfin pas très longtemps, car dès le premier épisode, elles doivent être en partenariat avec un bandit charismatique, un certain Mosca.

La saison 2 n’a rien à voir avec la saison 1 en termes d’ambitions artistiques que ce soit aussi bien dans la forme que dans le fond. Pour la forme, il est très plaisant de voir que c’est une série qui regarde les autres (bonnes) séries et surtout les (très) bons films. On y voit donc pas mal de clins d’œil  à des films comme Bullhead (quand Mosca frappe sur un punching-ball), Scarface (ok celui-ci tout le monde l’a vu), l’Appolonide (pour un épisode principalement composé à l’extérieur de la maison close, seule scène extérieure de ce film)… .

En plus de cela la série est dans l’actualité. Les personnages sont plongés dans le contexte de crise comme dans « the Dark Knight Rises », les « insoumises » qui sont les prostituées dans la rue fait bel et bien écho à la grogne des indignés avec cette lutte de justice dans un avenir incertain.

Au niveau action, la conclusion de la scène d’otage dans l’épisode 5 n’est pas sans rappeler les scènes d’actions du jeu video « Red Dead Redemption ». Puis au niveau de la mise en scène,  on pense aux derniers films de Lars van trier pour sa scène finale : où les images sont au ralenti avec un rendu magnifique sur un fond sonore magistral, et aussi à Sofia Coppola dans l’art de glisser de magnifiques anachronismes avec style comme dans son film « Marie Antoinette ». On pense aux « capuches » des robes extérieures des prostituées, au design des lunettes de Mosca, au « masque d’or » d’une des bourgeoises qui renvoie le reflet de son partenaire. Cette révolution stylistique des séries françaises s’accompagne d’un véritable fond, d’un message comme on peut voir dans les films et pas juste un enchainement d’intrigues dans des séries classiques. Alors, la série devient un vrai pamphlet féministe en mettant en avant ses trois grands personnages féminins de la série, trois visages du féminisme. Dans un premier temps Vera, qui en femme libérée va décider de ne plus vivre dans le secret et la honte de sa profession de travailleuse de sexe. Elle avoue son autre facette à sa fille et se responsabilise de sa maternité. Puis Hortense,  la marâtre, la femme de poigne qui rêve d’un pouvoir plus grand, et a bien compris qu’à son époque le pouvoir est phallique mais que la femme peut y être d’une grande influence, influence matérialisée par la scène du cours sur l’art de la fellation. Et enfin, Rose, la plus jeune des prostituées dont le parcours va le plus évoluer tout le long de cette saison, en devenant une icône vengeresse des femmes bafouées, puis une militante de la cause des femmes où elle combattra les injustices avec les mots, puis une activiste où elle combattra cette fois alors par les armes et vivra une idylle proche d’un romantisme d’extrême gauche.

Il ne faut pas oublier de dire que c’est extrêmement bien joué, très bien rythmé et que la bande son déchire tout, pas une seule fausse note.

 

L’âge d’or de la domination des séries américaines est bien révolue, la qualité est désormais en France et chez Canal +.

 

Repost 0
Published by Ryo - dans Série
commenter cet article
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 09:36

http://static1.cinemovies.fr/articles/0/21/35/0/@/344734-les-personnages-d-un-monde-sans-fin-620x0-2.jpg

 

Créée en 2012

Date de sortie DVD (Sony Pictures Home Entertainment) : Février 2013


Avec Cynthia Nixon, Miranda Richardson, Peter Firth …


Synopsis : Les destins de quatre hommes et femmes dans l'Angleterre du 14ème siècle, en proie aux bouleversements de la guerre de cent ans et de la peste noire.

Caris, une jeune visionnaire qui tente de dépasser la souffrance et l’oppression pour sortir les siens des temps obscurs. L'Angleterre est au bord d’une guerre dévastatrice avec la France qui durera plus de cent ans, alors qu'un terrible fléau anéantit le tiers de la population européenne. Avec l’aide de son bien-aimé Merthin, Caris se trouve des alliés pour résister à la Couronne et à l’Eglise. Ensemble, ils déterrent un dangereux secret et doivent se battre pour sauver Kingsbridge, leur ville, de la ruine qui l’attend…


Allociné Note Spectateurs : 3.5/5 (182 notes)

 

http://marvelll.fr/wp-content/gallery/les-piliers-de-la-terre-un-monde-sans-fin/photo-un-monde-sans-fin-world-without-end-2.jpg


Ma critique : http://pownaruto.p.o.pic.centerblog.net/93ueotfl.pnghttp://pownaruto.p.o.pic.centerblog.net/93ueotfl.pnghttp://pownaruto.p.o.pic.centerblog.net/93ueotfl.png

 

Cette série a la petite particularité d’être la suite des Piliers de la Terre, l'adaptation en série du best-seller de Ken Follett. Je précise que, pour ma défense, je plaide déjà « coupable » n’ayant pas lu ce roman. Néanmoins, en bon geek que je suis, je ne suis pas passé à coté de ces récentes séries traitant de cette vaste époque qu’est le Moyen-âge. Période dès plus troubles dont les récents succès (mérités) ont été vu sous l’œil de la monarchie anglaise avec le flamboyant « The Tudors » et du coté de la papauté avec les sulfureux « Borgia ». Dans les deux cas : plaisirs ludiques et de divertissements se retrouvaient.

Tout comme l’Histoire est une science qui a évolué après s’être principalement concentrée sur les puissants, s’est ouverte sur la vie de l’époque l'existence des autres « classes sociales ». Cette série prend  le même virage en abordant la vie modeste des habitants de Kingsbridge. Le casting est principalement composé de nouvelles têtes  et seconds couteaux du cinéma mondial (comme  Ben Chaplin et Aure Atika) et de séries (comme Sex and the city, 24 heures , Luther, « Carlos »….).

La singularité de cette série est que celle-ci est old school, extrêmement old school. On remarque tout de suite qu’il existe deux catégories de personnages : les gentils et les méchants et c’est bien sur un problème. Il y a alors une difficulté de crédibilité dans la psychologie des personnages, tantôt erronée tantôt absente, et on assiste par moment à des bugs, comme dans un jeu vidéo où par moment l’intelligence artificielle fait un peu n’importe quoi.

Deux grands exemples à cela le méchant de la série , le fameux Godwyn caricature jusqu’au boutisme  du prêtre frustré dont les héros auront mille fois l’occasion de s’en débarrasser mais voilà trop bons, trop cons. Il est alors difficile alors d’avoir de l’empathie de ces personnages dans ce contexte.

Après, on voit qu’ils veulent se moderniser, en abordant des sujets tabou comme l’homosexualité, mais là, comme le film « J.Edgar », le ridicule n’est pas loin. Par contre, les intrigues sont nombreuses et on ne s’ennuie pas. Il faut le reconnaitre : tous les événements et les drames de cette époque sont plutôt bien retranscris : effondrement d’un pont, procès en sorcellerie, guerre futile, la peste. On comprend rapidement que le but de la série est de montrer que le Moyen-âge baignait dans l’obscurantisme et de montrer comment celui-ci  va s’en sortir de façon naïve : par le courage de bonnes personnes, un  peu d’émancipation de la femme, de la revendication sociale et bien sur de la symbolique dans la dualité entre deux frères (le bien /le mal, Remus/Romelus, Cain et Abel….) pour envoyer ce beau petit monde vers la Renaissance, enfin ce qui en reste car le taux de mortalité de la série est des plus élevés….


Une série sympa  qui se regarde avec un certain plaisir mais qui n’atteint pas les qualités des séries historiques, du à un lourd problème de psychologie des personnages.

 

Repost 0
Published by Ryo - dans Série
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de chez Nana et Ryo
  • Le blog de chez Nana et Ryo
  • : Bienvenue dans l'univers de deux petits Geeks passionnés par le cinéma, les séries télé, les jeux vidéos ou encore les livres.
  • Contact

Séries en cours de Nana

Esprits criminels (S9) ; Gossip Girl (S4) ; Grey's Anatomy (S10) ; Blacklist (S1) ; The Big C (S3)

Séries en cours de Ryo

Arrow (S2) ; House of Cards (S2)

Système de notation

1 Luma : Mauvais / 2 Luma : Moyen / 3 Luma : Bien / 4 Luma : Très bien / 5 Luma : Excellent

Catégories