Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 20:24

 

Broché : 381 pages

Editeur : Pocket (5 Juin 2008)

 

Biographie de l’auteur : Sophie Kinsella est née et vit à Londres. Ancienne journaliste financière, elle est l'auteur des fameuses aventures de Becky Bloomwood-Brandon : Confessions d'une accro du shopping (Belfond, 2002), Becky à Manhattan (Belfond, 2003), L'accro du shopping dit oui (Belfond, 2004), L'accro du shopping a une soeur (Belfond, 2006) et L'accro du shopping attend un bébé (Belfond, 2008). Avec cette série traduite dans quatorze pays, elle a figuré sur toutes les listes de best-sellers.

 

Quatrième de couverture : Ce n'est pas qu'Emma soit menteuse, non, c'est plutôt qu'elle a ses petits secrets. Par exemple, elle fait un bon 40, pas du 36. Elle ne supporte pas les strings. Elle a très légèrement embelli son CV. Elle déteste sa cousine Kerry. Et avec Connor, son petit ami, au lit ce n'est pas franchement l'extase. Bref, rien de bien méchant, mais plutôt mourir que de l'avouer. Mourir ? Justement... Lors d'un voyage en avion passablement mouvementé, Emma croit sa dernière heure arrivée. Prise de panique, elle déballe tout à son séduisant voisin. Tout et plus encore. Sans imaginer que l'inconnu en question est l'un de ses proches. Très proche même...

 

Ma critique :

 

Après la lecture de « Puzzle » de Franck Thilliez, je cherchais un roman léger, frais et Sophie Kinsella est l’auteure parfaite pour cela.

J’ai déjà lu quelques uns de ses romans qui relataient les aventures de son personnage phare : Becky (« Confessions d’une accro du shopping ») et mes lectures avaient toujours été réjouissantes. Son roman « Les petits secrets d’Emma » ne fait pas exception.

Dans ce roman, Sophie Kinsella présente le personnage d’Emma, personnage assez farfelu et très touchant, qui pensant sa dernière heure venue lors d’un voyage en avion, raconte ses petites secrets dont certains très personnels et intimes à son voisin de bord… Ce voisin se révélera par la suite être son patron… L’auteure enchaine alors les situations coquasses et un jeu de séduction débutera entre les deux personnages.

Le roman se lit en quelques heures et on se prend vite d’affection pour les personnages. Emma fait bien évidemment penser à la désormais célèbre Bridget Jones tout en gardant ses particularités.

Sophie Kinsella raconte des histoires de filles, des histoires sentimentales avec beaucoup de légèreté mais également beaucoup de maitrise.

 

Un roman léger, rafraichissant qui montre tout le brio de Sophie Kinsella pour nous plonger dans des petites histoires drôles et sentimentales.

 

Extrait du roman :

Bien sûr que j'ai des secrets.
C'est évident. Tout le monde en a. C'est ultranormal. D'ailleurs, je n'en ai sûrement pas plus que les copines.
Je ne parle pas des grands secrets, ceux qui changent la face du monde. Du genre «le-président-a-l'intention-de bombarder-le-Japon-et-seul-Will-Smith-peut-sauver-l'univers». Non, je parle des cachotteries de tous les jours.
Voici quelques exemples qui me traversent l'esprit :
1. Mon sac Kate Spade est faux.
2. J'aime le sherry, même si c'est ringard.
3. J'ignore ce que signifient ces quatre lettres : OTAN. Et je n'ai pas la moindre idée de ce que c'est.
4. Je pèse 59 kilos. Pas 49 kilos comme le croit Connor, mon petit ami. (À ma décharge, j'avais l'intention de me mettre au régime quand je lui ai avoué mon poids. Et en plus, il n'y a qu'un chiffre de différence.)
5. J'ai toujours pensé que Connor ressemblait à Ken. Le Ken de Barbie.
6. Parfois, au milieu d'une partie de jambes en l'air, j'ai envie d'éclater de rire.
7. Danny Nussbaum m'a dépucelée dans la chambre d'amis, pendant que papa et maman regardaient Ben Hur à la télé.
8. J'ai déjà bu toutes les bouteilles que papa m'avait conseillé de garder pendant vingt ans.
9. Sammy, le poisson rouge, n'est pas le même que celui que papa et maman m'ont demandé de garder quand ils sont partis en Egypte.
10. Quand Artemis, ma collègue, me les casse vrai­ment, je verse du jus d'orange dans sa plante verte. (Presque tous les jours.)
11. Une nuit, j'ai rêvé que je faisais l'amour avec Lissy, ma colocataire.
12. Mon string me fait mal.
13. Je suis intimement persuadée d'être différente des autres et absolument certaine qu'une vie fantasti­que m'attend au coin de la rue.
14. J'ignore totalement de quoi parle ce type en gris.
15. Et en plus, j'ai oublié son nom.

Repost 0
Published by Nana - dans Roman
commenter cet article
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 18:43

 

Broché : 429 pages

Editeur : Fleuve Noir (3 Octobre 2013)

Collection : Thriller

 

Quatrième de couverture : Ilan et Chloé, deux jeunes gens spécialistes des chasses au trésor ont rêvé des années durant de participer à la partie ultime, d’un jeu mystérieux dont on ne connaît pas les règles, dont on ne connaît pas l’entrée, et dont on ne sait même pas s’il existe. Mais dont on connaît le nom : Paranoïa. Lorsqu’un an après leur rupture Chloé réapparaît dans la vie d’Illan en lui annonçant qu’elle sait comment jouer, ce dernier a totalement rompu avec l’univers des jeux, et vit isolé dans la maison de ses parents disparus en mer. Officiellement morts, mais Ilan est persuadé qu’ils ont été enlevés à cause de leurs recherches scientifiques. Après avoir refusé l’aventure, Illan cède alors que Chloé lui fait part de la rumeur : le gagnant remporterait 300 000 euros. Après un premier jeu de pistes dans Paris, les deux amis sont enfin sélectionnés. C’est alors qu’ils découvrent la règle numéro 1 : « Quoiqu’il arrive, rien de ce que vous allez vivre n’est la réalité. Il s’agit d’un jeu. », rapidement suivie, à leur arrivée sur les lieux du jeu - un gigantesque bâtiment isolé en pleine montagne appelé Complexe psychiatrique de Swanessong – de la règle numéro 2 : « L’un d’entre vous va mourir. » Quand les joueurs découvrent le premier cadavre, quand Illan retrouve dans le jeu des informations liées à la disparition de ses parents, la distinction entre le jeu et la réalité est de plus en plus difficile à faire… Et Paranoia peut alors réellement commencer…

 

Ma critique :

 

J’ai découvert Franck Thilliez par l’intermédiaire du roman « La mémoire fantôme » que j’avais trouvé réussi. Dans « Puzzle », l’auteur ne nous fait par partager les aventures de son héroïne, Lucie Henebelle, mais nous narre l’histoire d’un jeu de rôle qui va mal tourner.

Ce roman à un côté « geek » assez prononcé puisque les héros vont participer à un jeu de piste « Paranoïa » qu’ils poursuivent, pour certains, depuis plusieurs années.

L'auteur nous offre une belle palette de personnages et on se prend rapidement d’affection pour le « couple » Illan et Chloé, qui tentent pour l’un de découvrir certaines vérités sur sa famille, pour l’autre d’emporter les 300 000 euros promis par le jeu.

Le jeu de piste qui démarre alors devient de plus en plus palpitant au fil des pages. Tous les candidats sont suspectés les uns après les autres. Il faut dire que le lieu du huis-clos, un hôpital psychiatrique désaffecté (choisi également pas Sébastian Fitzek dans "Le briseur d'âmes") est particulièrement efficace et nous plonge dans une atmosphère bien lugubre.  

Franck Thilliez emmène les lecteurs dans ce jeu puisque nous-mêmes doutons de ce qui est réel ou non.  L’intrigue est très bien ficelée, le « puzzle » se construit au fil des pages pour nous mener à une vérité certes attendue mais remarquablement bien amenée.

Ce roman pourrait donner cours à une adaptation cinématographique plus qu’intéressante.

 

Avec "Puzzle", Franck Thillez nous malmène nerveusement et ce pour notre plus grand plaisir.

 

Extrait du roman :

 

- C’est maintenant qu’il faut prendre le train en marche. Après, le jeu disparaitra, pour aille railleurs, et vous serez définitivement rayés de la liste des candidats, quelle que soit la date, quelle que soi le pays. (Il adresse un sourire à Chloé). Même en changeant d’apparence.

Il se leva et se dirigea vers la porte.

- Vous tentez l’aventure,  ou vous laissez tomber. Vous avez dix minutes pour réfléchir, mais n’oubliez pas : si vous êtes ici, tous les deux, c’est parce que vous êtes les meilleurs. Et pour votre information : les autres candidats aussi ont eu une épreuve de sélection éprouvante, mais, une fois arrivés ici, ils ne se sont pas vraiment posé de questions.

- Il y a huit candidats, c’est ça ? demanda Chloé en désignant les enveloppes.

Hadès lui sourit.

- Exactement, vous deux compris. Je vous attends dans la voiture.

Repost 0
Published by Nana - dans Roman
commenter cet article
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 18:33

 

Yumin entre dans la danse ! Ken n’avait jamais réussi à avouer à Yumin ses véritables activités de chef de gang, mais quelqu’un d’autre s’est chargé de la mettre au courant. Quittant la cellule où ses kidnappeurs la maintenaient, c’est arme au poing que la sublime policière à l’ascendance mafieuse part retrouver Ken aux prises avec Ban Phuong. Les coups vont pleuvoir et les balles vont fuser !

 

Ma critique :

 

Et voilà, je suis enfin arrivé à tenir les délais français de parution d’un manga et c’est avec Sun Ken Rock que j’ai produit ce miracle et cela en l’espace de deux ans.

Deux ans de lecture dans l’univers du manga de gang, genre où je suis arrivé totalement vierge …. euh profane. Avec ce 18ème tome, je continue d’affirmer qu’il s’agit du manga le plus fun actuellement, bien plus que des « shonen » comme « One piece », « Naruto ». Le fameux combat contre Ban Phuong bat son plein, on change même de décor en se battant au plus haut étage de l’immeuble : véritable arène de jeu de combat sur console. Et même si Boichi (l’auteur) est un maître pour dessiner l’anatomie de ses personnages, le combat ne sera pas uniquement physique mais bien sur mental voir idéologique comme à l’accoutumé. Dans ce duel, s’invite la jolie Yumin qui est plus que jamais terriblement sexy d’autant plus que les coquins n’ont pas oublié qu’elle n’a plus de culotte depuis le tome 17, donc du pur Boichi.

Ce duel incroyablement épique propose de magnifiques plans iconiques de toute beauté. Cette série reste un véritable ovni car elle réinvente autant la classe masculine avec son héros. Tout comme la vulgarité dans le dernier chapitre annexe, qui est un sempiternel pornawak à forte consonance porno nippon et est souvent négatif au tome et se retrouve emballé, donc pas accessible aux petits curieux qui aiment feuilleter avant d’acheter.

La fin du tome termine de manière cruelle pour le lecteur à 2 ou 3 chapitres du fin de cycle on suppose, courage le prochain tome sort le mois prochain.

 

Un combat des plus épiques et des plus intenses.

Repost 0
Published by Ryo - dans Mangas
commenter cet article
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 20:16

 

Statut : En production

Allociné Note Spectateurs : 3.9/5 (18 113 notes)

 

Ma critique :

 

Je vais consacrer un petit billet pour une petite saison de la série «Esprits criminels ». Nous quittions la septième saison avec le départ d’un personnage que j’appréciais particulièrement : Emily Prentiss et nous démarrons la huitième saison avec sa remplaçante : Alex Blake. Je n’ai rien à reprocher à ce nouveau personnage qui apporte quelques bonnes scènes à la série mais je trouve le départ de l’agent Prentiss vraiment regrettable.

Arrêtez bien entendu la lecture de cet article si vous comptez regarder cette huitième saison d’ « Esprits criminels ».

C’est avec beaucoup de lassitude et malheureusement pas mal d’ennui que j’ai visionné cette saison. J’ai regardé l’ensemble des épisodes sur une période de trois à quatre mois entrecoupés de pauses tellement l’histoire tirait en longueur.

Rien de spécial dans cette saison, les scénaristes répètent inlassablement les mêmes erreurs : répétition des intrigues, scénario mou, histoires personnelles des personnages soit laissées de côté soit mal traitées…  

L’agent Blake est un bon personnage qui développe une jolie relation avec Spencer mais cela ne suffit pas.

Deux intrigues se dégagent de cette saison : la rencontre amoureuse de Spencer et un nouvel criminel « le Réplicateur » qui va pourchasser l’équipe d’Hotchner. Ces deux intrigues bien qu’intéressantes sont mal abordées. La petite amie de Spencer disparait avant que l’on ait pu la connaitre et s’attacher véritablement à son histoire avec Reid, quant au réplicateur, on le suit sur certains épisodes, puis cette intrigue est laissée de côté et finalement on lui consacre le final de la saison…

 

Une huitième saison d’ « Esprits criminels » ennuyeuse et confuse : un véritable raté pour une série à si fort potentiel…

Repost 0
Published by Nana - dans Série
commenter cet article
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 20:22

 

Date de sortie : 14 Décembre 2011

Réalisé par Brad Bird

Avec TOm Cruise, Jeremy Renner, Simon Pegg

 

Synopsis : Impliquée dans l'attentat terroriste du Kremlin, l'agence Mission Impossible (IMF) est totalement discréditée. Tandis que le président lance l'opération "Protocole Fantôme", Ethan Hunt, privé de ressources et de renfort, doit trouver le moyen de blanchir l'agence et de déjouer toute nouvelle tentative d'attentat. Mais pour compliquer encore la situation, l'agent doit s'engager dans cette mission avec une équipe de fugitifs d'IMF dont il n'a pas bien cerné les motivations…

 

Allociné Note Presse : 3.8/5 ; Allociné Note Spectateurs : 3.8/5 (10 179 notes)

 

 

Ma critique :

 

Une des grandes sagas des films d’actions de ces vingt dernières années est sans conteste « Mission Impossible ». Le secret de cette franchise est de mettre en valeur Tom Cruise, c'est-à-dire d’en faire un sur homme sans pouvoir et surtout d’avoir toujours pour objectif de se renouveler.

Pour cela, l’ami Tom a toujours sur bien s’entourer. Pour commencer, il a demandé au maître Brian de Palma de dynamiter la franchise en dynamitant l’équipe mise en place et celle qui suit juste après car l’égo de Tom Cruise est ainsi fait. Puis,  notre scientologue préféré (bah moi je l’aime bien) a pris les hommes du moment pour les  deux épisodes  suivants : John Woo et J.J Abrams qui mine de rien remettent petit à petit l’esprit d’équipe au sein de cette licence. Puis, il a eu le drame de sa carrière, il est tombé amoureux de Katie Holmes et le petit Tom a pété un boulon et le box office et les bons réalisateurs l’ont lâché (« Night and day » aie aie). Mais, tel le phœnix, il ressuscite et ce « mission impossible » a ce doux parfum de rédemption et d’humilité. Pour cela, Cruise a fait appel à un des papas de Pixar (« Ratatouille », « les Indestructibles ») pour cette mission impossible qui pour le coup porte bien son nom. En effet, le petit message du film en on et en off est que notre salut : n’est point le talent, la chance mais le travail d’équipe.

Après comme toujours, c’est un film extrêmement généreux au niveau casting  qui est des plus international au niveau guest stars : Michael Nyqvist (le héros du millenium 100% suédois), Josh Holloway (le Sawyer de « Lost »), Anil Kapoor (le Jean Pierre Foucault indien de « Slumdog Millionaire ») et Léa Seydoux qui a un nom hyper frenchy : Sabine Moreau.

L’ironie de film est basée sur une bonne idée pour cette saga dont les petits gadgets ont toujours eu une grande importance, qui est la suivante : tous ces petits gadgets vitaux pour les personnages « BUG » jusqu’au message « Attention ce message va s’auto-dét* ##@!!! ». 

Et toujours dans la générosité, on voyage pas mal. En fait, Ethan Hunt nous propose le guide du petit routard des pays qui ont un problème avec la démocratie comme la Russie, les Emirats Arabes Unies et l’Inde.

Impossible de ne pas signaler la scène d’action où Tom Cruise monte la fameuse tour de Dubaï ou encore la dernière scène d’action qui se passe dans une usine de voiture ultra automatisée et où l’on a l’impression d’être dans les mécanismes d’une horloge et qui est à l’image du film, la maitrise du tempo.

 

Le film qui a reboosté les piles Duracell de Tom Cruise et qui lui a permis de retrouver la confiance des cinéphiles.

 

Repost 0
Published by Ryo - dans Cinéma
commenter cet article
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 13:07

R

 

Après l’explosion de la taupe au sein de l’Agence et la mort du directeur, l’entrainement de Daniel Kilgore passe à la vitesse supérieure. Supervisé en seconde main par le fantôme de son frère, l’ancien prêtre découvre avec une certaine excitation l’étendue de ses nouveaux pouvoirs, mais également ses limites physiques. Des limites qui vont le mettre à la merci du dénommé Hurg et de son assassin personnel, Cobra.

 

Ma critique :

 

Le renouveau du comics n’est pas dans Marvel, avec ses cycles qui annule en grande partie l’arc narratif précèdent, mais dans l’ambition de DC comics avec des « relaunch »  des plus réussis et surtout dans les comics indépendants.

A l’instar de la série « Walking dead » qui a dynamité le marché mondial du comics, la série « Haunt » mérite toute notre attention. D’autant plus qu’elle regroupe dans son staff , Robert Kirkman (la papa de Walking Dead) et le retour de l’enfant prodigue Todd McFarlane au niveau de la « création ». A ce binôme rêvé s’ajoute le talent aux dessins de Greg Capullo et ces trois gaillards de l’anti système du comics actuel nous offre un vrai cadeau sans quenelle aux lecteurs.

Après avoir revisité le monde du super héros sous une teinte indépendante, avec Invincible c’est l’univers de l’anti-héros qui est transcendé avec brio. Ce qui le distingue des comics des grandes firmes, c’est l’audace narrative. Il y a vraiment de l’évolution au niveau du caractère des personnages et le « reset » n’est pas près de se pointer.

Le véritable atout charme c’est la jubilation qu’elle soit au niveau de l’humour assez noir, la violence, assez gore, le dynamisme qui en fait le comics le plus fun du moment.

Dans ce deuxième volume qui comprend les épisodes 7 à 12, le héros prend son destin en main du moins au niveau professionnel en devenant agent dans une cellule militaire. Les combats s’enchainent avec des organisations proches de la mafia où les bad guys prennent de plus en plus d’épaisseur comme Hurg et Cobra qui sont des badass de haut vol.

En même temps se compose les rôles secondaires autour de l’agence ainsi qu’un joli ballet de jolies filles composées d’Amanda (l’ex), Charity la prostituée (bah quoi ?) Beth (la patronne) et Mirage (l’agent sexy). Comme dans « les Poupées russes », le flirt n’est pas loin et les possibilités multiples.

 

Haunt : le comics béton des années 2010 !

Repost 0
Published by Ryo - dans Comics
commenter cet article
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 13:17
Repost 0
Published by Ryo
commenter cet article
31 décembre 2013 2 31 /12 /décembre /2013 13:50

1.Game of Thrones – Saison 3

 

2. Les revenants - Saison 1

 

3.Orange is the new Black – Saison 1

 

4.Hannibal – Saison 1

 

5. Maison close – Saison 2

 

À noter la touchante saison 2 de the Big C, l’originale saison 1 de Real Humans et la poignante saison 8 d' Urgences.

 

Repost 0
Published by Nana - dans Série
commenter cet article
29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 10:04

1.Glacé, Bernard MINIER

 

2.Juste une ombre, Karine GIEBEL

 

3.Juste avant le bonheur, Agnès LEDIG

 

4.Le mec de la tombe d’à côté, Katarina MAZETTI

 

5.Comme ton ombre, Elisabeth HAYNES

 

À noter : Le surprenant Demain de Guillaume Musso, l’intriguant Avant d’aller dormir de S.J. Watson, le touchant 6H41 de Philippe BLONDEL et la trilogie Fifty Shades  d’E.L. James qui a marqué pas mal d’esprits…

À mon regret, je n’ai pas encore lu  Au revoir là-haut  de Pierre Lemaitre ou encore Puzzle  de Franck Thilliez mais cela ne saurait tarder…

Repost 0
Published by Nana - dans Roman
commenter cet article
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 21:23

 

1 La vie d’Adèle

 

 

2 Blancanieves

 

 

3 Gravity

 

4 Only God Forgives

5 The Immigrant

6 Django Unchained

7 Spring Breakers

8 Pacific Rim

9 Le Passé

10 Snowpiercer, le transperceneige

Repost 0
Published by Ryo - dans Cinéma
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de chez Nana et Ryo
  • Le blog de chez Nana et Ryo
  • : Bienvenue dans l'univers de deux petits Geeks passionnés par le cinéma, les séries télé, les jeux vidéos ou encore les livres.
  • Contact

Séries en cours de Nana

Esprits criminels (S9) ; Gossip Girl (S4) ; Grey's Anatomy (S10) ; Blacklist (S1) ; The Big C (S3)

Séries en cours de Ryo

Arrow (S2) ; House of Cards (S2)

Système de notation

1 Luma : Mauvais / 2 Luma : Moyen / 3 Luma : Bien / 4 Luma : Très bien / 5 Luma : Excellent

Catégories