Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 20:41

http://www.francesoir.fr/sites/default/files/imagesweb/j.edgar_affiche.jpg

 

Date de sortie : 11 janvier 2012


Réalisé par Clint Eastwood
Avec Leonardo DiCaprio, Naomi Watts, Armie Hammer, …


Synopsis : Le film explore la vie publique et privée de l’une des figures les plus puissantes, les plus controversées et les plus énigmatiques du 20e siècle, J. Edgar Hoover. Incarnation du maintien de la loi en Amérique pendant près de cinquante ans, J. Edgar Hoover était à la fois craint et admiré, honni et révéré. Mais, derrière les portes fermées, il cachait des secrets qui auraient pu ruiner son image, sa carrière et sa vie.


Allociné Note Presse : 3,9/5 ; Allociné Note Spectateurs : 3,8/5 (122 notes)

 

http://cdn-premiere.ladmedia.fr/var/premiere/storage/images/cinema/news-cinema/j-edgar-de-clint-eastwood-le-film-qui-derange-le-fbi-2954694/49758282-1-fre-FR/J.-Edgar-de-Clint-Eastwood-le-film-qui-derange-le-FBI_image_article_paysage_new.png


Ma critique : http://perlbal.hi-pi.com/blog-images/26684/gd/1200004157/Etoile.pnghttp://perlbal.hi-pi.com/blog-images/26684/gd/1200004157/Etoile.pnghttp://perlbal.hi-pi.com/blog-images/26684/gd/1200004157/Etoile.png

 

Le nouveau film de Papy Eastwood est arrivé, il adopte un rythme à la Woody Allen mais la petite flamme n’est plus là depuis « Invictus» et « Au-delà », signe t’il enfin son grand re-tour ?
Projet ambitieux, il s’agit du premier biopic sur le sulfureux J.Edgar Hoover. D’avance, je le précise au niveau du jeu des acteurs, on a un Di Caprio très en forme et une Naomi Watts assez effacée à mon grand regret, mais l’important c’est le film surtout.
Une fois de plus Eastwood s’intéresse à la mythologie de son pays, dans une de ses plus grandes organisations le F.B.I. porté par un seul homme, Hoover. On y voit bien sur, sa ge-nèse et le film montre assez bien que c’est assez proche du fascisme, l’idée de tout contrôler et surtout l’occasion de donner quelques coups de canifs aux libertés individuelles.
Le problème, c’est que l’on ne connait pas les origines de cette paranoïa du héros, ce besoin de tout contrôler, on ne sera qu’une chose finalement c’est la raison de son homosexualité refoulé. C’est un peu le gros problème du film il passe à côté des superbes idées, Hoover a été à la tête du FBI sous huit présidents, on comprend qu’il leur faisait plus ou moins du chantage, or on ne verra quasiment jamais ce rapport des forces. Idem il surprendra les ébats entre Kennedy et Marylin Monroe, on ne verra rien (quand on connait le tarif de la sex-tape de Marylin Monroe, c’est se tirer une balle dans le pied de ne pas avoir envie de mettre cela en scène).Etrangement pas mal de sujets ne vont pas éveiller la curiosité de papy Eastwood.
L ‘autre problématique du film, c’est l’homosexualité et là on voit que Papy Eastwood est perdu face un Gus Van Sant ou un Ang Lee. Il nous sort tout les clichés de l’homo refoulé, ce besoin de s’habiller en femme, l’amour pour les statues grecques, les poèmes, on se moque des habits des femmes et le pompon on trouve l’insulte « enc…. » : le summum de la vulgarité, à mon grand désarroi, c’est la première fois que j’ai trouvé papy Eastwood fatigué.
Là où c’est intéressant, c’est que ce film est l’antithèse des films Eastwood, d’habitude son grand thème ce sont ces héros qui ont du mal à porter leur héroïsme « mémoire de nos pères » « impitoyable » « lettre d’iwo jima » et là c’est tout l’inverse, un homme qui se porte en héros et construit sa légende sur des mensonges, on se demande si finalement il était l’homme de la situation pour cette mission.
Pour les geeks il est intéressant de voir la position de J.Edgar Hoover dans les comics, on va dire que son fantôme apparait souvent, par exemple avec cette organisation qu’est le S.H.I.E.L.D proche d’une organisation facho. Et surtout ses dirigeants, d’abord Nick Fury (le militaire), Tony Stark le technocrate milliardaire et assez récemment Norman Osborn. D’ailleurs dans le cycle Dark Reign, ce dernier est présenté au tout jeune président Barak Obama, et comme dans le film on comprend bien que les présidents le voient comme un boulet.

Une œuvre mineure du grand Eastwood mais qui a le mérite de dresser toujours un portrait intéressant de l’Amérique.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ryo - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Flow 15/01/2012 18:49


Pas vraiment d'accord. Eastwood ne se tire pas une balle dans le pied. C'est un choix de laisser le publique dans l'ombre. Et à mon sens, un bon choix. La vie privée de Hoover est une forteresse
qu'il nous invite, avec pudeur, à pénetrer. Il dresse ainsi un des plus beaux portraits de ces dernières années. La densité psychologique du personnage est géniale.

Présentation

  • : Le blog de chez Nana et Ryo
  • Le blog de chez Nana et Ryo
  • : Bienvenue dans l'univers de deux petits Geeks passionnés par le cinéma, les séries télé, les jeux vidéos ou encore les livres.
  • Contact

Séries en cours de Nana

Esprits criminels (S9) ; Gossip Girl (S4) ; Grey's Anatomy (S10) ; Blacklist (S1) ; The Big C (S3)

Séries en cours de Ryo

Arrow (S2) ; House of Cards (S2)

Système de notation

1 Luma : Mauvais / 2 Luma : Moyen / 3 Luma : Bien / 4 Luma : Très bien / 5 Luma : Excellent

Catégories