Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 10:45

 

Date de sortie : 12 Février  2014

Réalisé par Christophe Gans

Avec Vicent Cassel, Léa Seydoux, André Dussolier …

 

Synopsis : 1810. Après le naufrage de ses navires, un marchand ruiné doit s’exiler à la campagne avec ses six enfants. Parmi eux se trouve Belle, la plus jeune de ses filles, joyeuse et pleine de grâce. Lors d’un éprouvant voyage, le Marchand découvre le domaine magique de la Bête qui le condamne à mort pour lui avoir volé une rose. Se sentant responsable du terrible sort qui s’abat sur sa famille, Belle décide de se sacrifier à la place de son père. Au château de la Bête, ce n’est pas la mort qui attend Belle, mais une vie étrange, où se mêlent les instants de féerie, d’allégresse et de mélancolie. Chaque soir, à l’heure du dîner, Belle et la Bête se retrouvent. Ils apprennent à se découvrir, à se dompter comme deux étrangers que tout oppose. Alors qu’elle doit repousser ses élans amoureux, Belle tente de percer les mystères de la Bête et de son domaine. Une fois la nuit tombée, des rêves lui révèlent par bribes le passé de la Bête. Une histoire tragique, qui lui apprend que cet être solitaire et féroce fut un jour un Prince majestueux. Armée de son courage, luttant contre tous les dangers, ouvrant son cœur, Belle va parvenir à libérer la Bête de sa malédiction. Et se faisant, découvrir le véritable amour.

 

Allociné Note Presse : 3.2/5 ; Allociné Note Spectateurs : 3.1/5 (800 notes)

 

 

Ma critique :

 

« La Belle et la Bête » est vraiment pour moi le film français le plus attendu de l’année pour plusieurs raisons : pour son imaginaire, le réalisateur Christophe Gans (le seul mec en France à avoir la recette magique pour qu’un film de genre rencontre un succès populaire), pour son casting : Léa Seydoux (dont je suis love) et Vincent Cassel (dont je suis love de la filmographie). Et en plus de cela, on est plongé dans un univers assez baroque et gothique…. Ahhhhhhh !!!! Malgré tout cela, j’avais quelques craintes… L’affichage du film qui va jusqu’à des supermarchés, des petits êtres assez « kawai », la chanson du film confié au dernier vainqueur de « the Voice » et bien toutes ces craintes se sont justifiées, je dois le reconnaitre.

Le début du film commence par une narratrice qui raconte une histoire pour faire dormir deux mioches et c’est exactement le mauvais angle abordé, car on fait un reset à toute la malice du conte : le trouble, l’ambigüité de cette formidable histoire. Même s’il y a le souci du détail de revenir à l’origine du conte avec une dimension sociale quitte à donner les 20 premières minutes du film à André Dussolier, il n’y a pas le plaisir de jouer avec les codes du genre. Ce qui est presque archaïque comme démarche quand on voit que se soit au niveau séries : « Once upon a time », films : « Blanche neige et le chasseur », « Blancanieves », ou encore la bande dessinée « le Bois des vierges » et surtout le comics « Fables ». Car il y a la même sève, le plaisir de relecture avec ironie et surtout de redonner une seconde chance en y dynamitant le plombant conservatisme de ces histoires.

Là-dessus, sans spoiler la fin, on ne peut pas faire un film plus conservateur, ce qui est très surprenant au vu de ce couple d’acteurs rebelles. Mais voilà le problème de ce film est ce couple à qui on ne donne pas la chance de s’exprimer, ils n’ont que 3 ou 4 scènes ensemble, et comme dans le film précèdent « Silent Hill », même si le sujet est un huis clos, il fait tout pour donner un échappatoire aux spectateurs. On peut presque lui reprocher de ne pas avoir confiance en l’intelligence de son public, avec ses allers retours : château de la Bête et la maison de la Belle qui crée de l’ennui en pensant trouver l’effet inverse. Comme il n’a pas de jeu entre ce couple, de trouble, de tension sexuelle (sachez le il y en a plus dans Twilight premier du nom), pour faire évoluer l’intrigue, et donc pour nous faire comprendre que la Bête n’est pas méchante, on a droit des flashbacks didactitiels de la Bête rien que pour Belle. C’est triste de savoir qu’aujourd’hui c’est la transparence et non la séduction qui fait chavirer les cœurs.

C’est bon j’arrête de voir les failles du scénario car il y a quand même un point fort, c’est la malédiction de la Bête qui n’est pas due à une sorcière que l’on a voulu expédier comme une sans papier mais empreinte de mythologie et d’un dieu païen.

L’autre bonne surprise du film est son visuel, qui comme des réalisateurs comme Del Toro et Jackson, puise dans un imaginaire dont le jeu vidéo a toute sa place et cela fait franchement plaisir.

Ce film s’inscrit parfaitement dans les films que l’on aurait voulu aimer s’il n’y avait pas eu tout ces mauvais choix qui en font un film bancal. Il faudra patienter pour un avoir un bon long métrage de conte noir portant nos couleurs, en attendant si vous avez le même avis que moi sur ce film, je vous conseille de vous procurer les trois tomes de la bande dessinée « le bois des vierges », qui est un vrai conte noir et mature.

 

Un film de forme en grande forme qui a une grande carence de fond.

Partager cet article

Repost 0
Published by Ryo - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de chez Nana et Ryo
  • Le blog de chez Nana et Ryo
  • : Bienvenue dans l'univers de deux petits Geeks passionnés par le cinéma, les séries télé, les jeux vidéos ou encore les livres.
  • Contact

Séries en cours de Nana

Esprits criminels (S9) ; Gossip Girl (S4) ; Grey's Anatomy (S10) ; Blacklist (S1) ; The Big C (S3)

Séries en cours de Ryo

Arrow (S2) ; House of Cards (S2)

Système de notation

1 Luma : Mauvais / 2 Luma : Moyen / 3 Luma : Bien / 4 Luma : Très bien / 5 Luma : Excellent

Catégories